Formation tout au long de la vie

De plus en plus, le secteur public fait appel aux universités, hautes écoles et centres de formation, comme Technifutur et Technofutur, dans le but de former ses agents. Continuer à se former pour se spécialiser ou acquérir des compétences transversales - appelées généralement « soft skills » - est un élément d’attrait essentiel pour les jeunes générations.

Mobilité interne

Favoriser la possibilité de changer d’emploi au sein de la fonction publique s’avère particulièrement attractif. En effet, les jeunes ne paraissent aujourd’hui plus prêts à entamer une profession à un poste qu’ils conserveraient à l’identique jusqu’à leur pension. Une carrière variée passe par des possibilités de promotion.

Modernisation des systèmes GRH

Les systèmes de gestion des ressources humaines ne cessent de s’améliorer dans les administrations. De plus en plus, on exploite les capacités spécifiques de chaque agent en le plaçant à l’endroit qui lui convient le mieux et où il sera le plus efficace. Ainsi, le rendement global des services publics est amélioré. Toutefois, de nos jours, il n’est pas toujours facile d’atteindre un tel objectif : un poste peut par exemple être réservé à un agent d’un certain niveau statutaire... et non à la personne la plus à même de le remplir !

Mise en avant des atouts

Les valeurs du service public constituent des atouts certains pour attirer et retenir les jeunes talents. Il n’y a pas que la rémunération comme pouvoir d’attraction. Les motifs des jeunes comme des moins jeunes peuvent être d’un tout autre ordre : l’envie de servir la population, la garantie de l’emploi, la politique d’égalité des chances, la facilité de mieux concilier vie professionnelle et vie privée, les très nombreuses possibilités de perspectives de carrière et de mobilité interne, etc.